Bienvenue à Lancé
Dans son dictionnaire du Vendômois, Saint Venant consacre près de 6 pages à Lancé, preuve que le passé historique de la commune est riche. Il en a trouvé trace dans les archives sous le nom de Lanciacum, Lanceius, … Lancey à partir du 11e siècle.
                     L’église 

 L’église de la commune est dédiée à Saint Martin, le célèbre évêque de Tours. Sa partie la plus ancienne et la plus remarquable est l’abside qui date, selon Saint Venant, du 11e siècle. C’est un des plus beaux exemples de style roman du département avec ses colonnettes, ses chapiteaux et ses modillons. La nef a été reconstruite au 18e siècle et le clocher à la fin du 19e. Il a été édifié à l’extrémité ouest du bâtiment pour remplacer celui qui était en mauvais état sur la nef. 
Très endommagé par un orage, il a été entièrement restauré en 1995. 

                    Le prieuré 

 Juste à côté de l’église se trouve le prieuré, où vécurent jusqu’à douze moines, dépendant de l’abbaye de Marmoutier à Tours. C’est un imposant monument des 11e et 12e siècles, de 20 mètres sur 10, doté de contreforts massifs, qui abritait un remarquable réfectoire voûté au rez-de-chaussée et le dortoir à l’étage.  
C’est tout ce qui reste de cet important prieuré qui se composait en outre du logis du prieur, détruit après la seconde guerre mondiale, d’un colombier, d’étables, de granges. D’après Saint-Venant, le tout était certainement entouré de murs, de douves avec pont levis et allait jusqu’à la rue du Pont. 

                     L’activité 

Commune essentiellement agricole, le nombre de fermes a, comme partout, diminué. Les exploitations sont devenues plus grandes et les élevages ont pratiquement tous disparu pour laisser toute la place aux cultures. Seules 2 fermes ont encore des animaux, l’une des poulets label et l’autre des chèvres pour produire des fromages très appréciés à la ferme et sur les marchés. 
 
Voilà à peine 50 ans, Lancé était un village très vivant, doté de plusieurs commerces et de nombreux artisans du bâtiment ou liés à l’agriculture. Les représentants passaient régulièrement prendre les commandes et les affaires se réglaient souvent dans l’un des 3 cafés dont 2 faisaient restaurants jouissant d’une bonne réputation à plusieurs kilomètres à la ronde. 
Malheureusement tous les commerces ont disparu alors que de jeunes artisans continuent de s’installer sur la commune. 
Après avoir connu une baisse régulière depuis la fin du 19e siècle, on est passé de près de 800 habitants en 1872 à 345 en 1982, la population augmente de nouveau depuis quelques décennies pour dépasser les 460 habitants actuellement, grâce à la réalisation de 3 lotissements successifs. 

        L’école aujourd'hui
 
Cette augmentation de population a permis le maintien de notre école. En 1967, sous l’impulsion de l’Education nationale, les maires de Crucheray, Nourray et Lancé créaient le 1er regroupement pédagogique du département, améliorant ainsi sensiblement les conditions de travail des élèves et de leurs maîtres. Depuis, la commune de Sainte-Anne a rejoint le syndicat scolaire qui offre des repas cuisinés sur place sur les 2 sites de Crucheray et Lancé ainsi qu’une garderie avant et après la classe. 

                   Les loisirs 
 
Plusieurs associations proposent régulièrement des animations culturelles ou festives qui permettent aux lancéens et aux habitants des communes voisines de se rencontrer et de vivre des moments conviviaux appréciés. 
La forêt est très présente à Lancé. Elle s’étend sur 400 ha et fait le bonheur des bûcherons mais aussi des ramasseurs de champignons, des chasseurs et des promeneurs. Ces derniers peuvent aussi suivre les méandres verdoyants de la Brenne, petite rivière qui prend sa source à Lancé pour aller ensuite rejoindre la Cisse. 
La commune a aussi aménagé un plateau de sports dans le centre bourg où on peut s’exercer au tennis, à la pétanque, aux jeux de ballons et, bientôt, une aire de jeux destinée aux jeunes enfants sera installée. 

Quelques évènements remarquables 
 
Comme tout le Vendômois, Lancé a souffert pendant la guerre de 1870 et les Allemands ont emmené son maire Renou en Prusse alors qu’il était âgé de 73 ans. Cette épreuve lui a valu d’être décoré de la légion d’honneur en 1875 par la Maréchal de Mac Mahon, président de la république.  
En 1872, un aérolithe de 47 kg est tombé aux Haies de Blois (vers Chandelay). Il est maintenant au musée de Vienne en Autriche et le musée de Vendôme en a gardé une copie.
 
               Les écoles 
 
Comme beaucoup de communes, Lancé s’est dotée de deux écoles publiques dans la 2e moitié du 19e siècle. D’abord une pour les garçons inaugurée en 1858 alors que celle destinée aux filles, qui pouvaient fréquenter l’école privée, n’a été construite qu’en 1888. Les deux écoles publiques comportaient chacune une classe et un logement pour l’instituteur ou l’institutrice. 

Pour mieux connaître Lancé et son histoire, lisez le petit livre « Il était une fois… Lancé mon village » écrit par Ginette Balabaud, une lancéenne qui aime l’histoire et encore plus sa commune. Vous pouvez trouver le livre et son auteur à la bibliothèque communale installée dans la maison des associations. Ginette se fera un plaisir de vous « raconter son village ».
Merci à Guy Hervet